Club d’Astronomie de Lyon Ampère

L’histoire du CALA

dimanche 17 avril 2005 par webmaster

L’histoire du CALA raconté par son ancien président, Adré Gaillard :

André

Quand Pierre m’a demandé si j’étais partant pour écrire un article sur l’histoire du CALA, je me suis dit : « qu’est ce que je vais bien pouvoir raconter ? » Et puis vous connaissez Pierre, il a été à mauvaise école du temps ou un certain président, justement, présidait à la destinée de votre association. De fait, il n’a pas eu besoin de beaucoup insister pour me convaincre, je n’ai pu refuser et malgré les tourments de ce temps, me voici plongé dans les profondeurs de ma mémoire. Pour tout dire, ma mémoire n’est pas si bonne que cela ; heureusement que tout au long de l’histoire du CALA des personnes ont pris la peine de coucher sur papier les réflexions, les actions, les progrès de notre chère association.

J’ai ainsi redécouvert, à la lecture de ces écrits, combien d’expériences chaotiques et constructives ont été nécessaires pour en arrivée à ce jour, riches d’enseignements mais aussi d’émotions. N’est-ce pas Gilbert ? Une petite explication s’impose pour ceux qui ne savent pas : Gilbert CROS a été notre premier Président, fondateur de surcroît.

A ce stade de mon article, je voudrais me permettre un conseil, et oui j’ose ! Que les personnes, forcément plus jeunes, qui oeuvrent aujourd’hui ou qui oeuvreront demain à la destinée du CALA pensent à mettre par écrit l’histoire du club, aussi petite soit elle, car c’est cette histoire humaine qui contribue à sa façon à l’avancée de l’humanité dans le cosmos. De même, j’ose la comparaison : tout comme, cette fabuleuse sonde qui vient de se poser sur le sol de Titan et qui nous envoie de merveilleuses images et données scientifiques qui nous permettront peut-être de répondre à cette inlassable question : d’où venons-nous et ou allons nous ?

Alors, comme un peu d’histoire n’a jamais fait de mal à personne, bien au contraire, et comme je ne voudrais pas trahir cette histoire, voici quelques passages de ces écrits que je reproduis pratiquement sans modification.

« Assemblée constituante du 9 mai 1979 présidée par Monsieur Gilbert CROS, professeur de mathématiques au lycée Ampère, fondateur du Club d’Astronomie du Lycée Ampère, le 26 octobre 1968 ».

« Il est créé entre les personnes assistant à cette Assemblée Constituante une association régie par la loi de 1901 et qui portera le nom de Club d’Astronomie de Lyon : Ampère. Le sigle C.A.L.A. désignera cette association qui a pour but de diffuser et vulgariser les connaissances de l’Astronomie, notamment dans les milieux scolaires et parascolaires. Son siège sera installé au 37, rue Paul Cazeneuve à Lyon 8ème ».

Quelques commentaires.

Vous aurez remarqué que votre club n’a pas 25 ans, même si juridiquement c’est indéniable, mais 36 ans. Mais comme on dit « on a l’âge de ses artères » !

Autre remarque, qui a je crois son importance : déjà du temps du lycée Ampère le sigle CALA, représenté par la planète Saturne et ses anneaux, s’imposait. Alors que dire du clin d’œil donné à l’histoire par l’équipe dirigeante actuelle quand, après de longues années de réflexion, ils ont officiellement ajouté à Club d’Astronomie de Lyon Ampère, la dénomination Centre d’Animation Lyonnais en Astronomie. Et bien soyez en sûrs, les anciens présidents que nous sommes, nous ne pouvons être que fiers de la continuité de ce sigle CALA.

Quelques mots sur ce qui s’est passé du temps du Club d’Astronomie du Lycée Ampère : tout d’abord, je me souviens des jeudis après-midi (et oui c’était le jeudi et pas le mercredi comme aujourd’hui (cela ne me rajeuni pas !)) passés entre copains dans une salle du lycée Ampère pour faire de l’astro avec un prof ! Mais ce que ne sais pas le prof, quoique après mûres réflexions j’en doute, c’est qu’après notre séance d’astro, on allait au bistrot du coin, siroter un coucher de Soleil (cela ne s’invente pas) pour refaire le monde et surtout le club : il n’y a qu’à voir ce qu’il est devenu !

Et puis, il faut rendre hommage aux élus de la Ville de Lyon de l’époque qui ont osé faire confiance en un groupe de lycéens et leur professeur ; je ne peux tous les citer mais comment ne pas penser à Louis PRADEL, Maire de Lyon, qui nous a permis d’avoir une station d’observation en plein Lyon, certes rudimentaire, à St Just place Abbé Larue ou nous avons construit notre premier observatoire et fait nos premières observations (éclipse de Lune, passage de Mercure devant le Soleil, etc...). Louis PRADEL est venu en personne inaugurer ce premier observatoire et dans nos yeux de lycéens émerveillés cela ne peut laisser que de fabuleux souvenirs. Et n’oublions pas, un professeur d’Anglais du Lycée Ampère, André BLANC, à l’époque Maire-Adjoint à la Ville de LYON grâce à qui nous avons pu obtenir les locaux du 37, rue Paul Cazeneuve, encore aujourd’hui le siège social de l’association. Que tous ceux qui nous ont fait confiance soit ici chaleureusement remerciés.

Première revue du CALA (lycée)

Un mot également s’impose sur « la revue » que publiait en ce temps le club. Cette revue, constitué d’articles ou de dossiers sur tel ou tel thèmes de l’astronomie, rédigés par les élèves adhérents du club, mis en forme par le professeur, travail considérable à l’époque car l’informatique, le traitement de texte et autre imprimante n’existait pas, était une publication qui faisait « référence » et qui était attendue par tous les élèves au sein du lycée et même quelques élèves d’autres lycées lyonnais. Cette « revue » n’a pu immédiatement prendre suite lorsque le club est devenue association mais très vite a vu le jour « le bulletin semestriel » à partir du 2ème semestre 1980, remplacé par le journal « CALA NEWS » à partir du 1er trimestre 1987, qui a donné naissance au titre que vous connaissez aujourd’hui « NCG 69 » dont le 1er numéro est sorti le 20 octobre 1988 soit presque jour pour jour, 20 ans après la création du club du lycée.

J’ai entre les mains, le dernier numéro de « NGC 69 » et aucun mot ne peut décrire ce qu’un adhérent du presque premier jour, ressent.

Puis, un évènement a certainement marqué de façon indélébile l’histoire et l’avenir de l’association. Dès que le CALA fut créé, un stage d’été regroupant plus de 28 jeunes de 9 à 18 ans a été organisé du 17 au 28 août 1979 à St Véran, commune la plus haute d’Europe. Depuis, on ne compte plus, d’une part, les stages pour jeunes et adolescents, et d’autre part, les séjours dans la station d’observation astronomique située sur cette même commune de St Véran à près de 3 000 m d’altitude. Ce premier séjour à St Véran, alors que la station professionnelle n’était pas encore ouverte aux amateurs, a certainement été prémonitoire.

Camps dans le Qeyras en 1980

Reprenons l’histoire.

Rapport moral présenté par Gilbert CROS lors de l’assemblée générale du 3 octobre 1981 :

« La transition CALA « Club de lycée », CALA « association loi 1901 » est maintenant bien achevée. Certes tout n’est pas parfait et c’est une bonne chose puisque ainsi nous pouvons tous œuvrer dans le sens d’une amélioration sachant, qu’ici plus qu’ailleurs, ainsi que l’a dit Foucault « Qui ne progresse pas recule ». A voir le bilan de l’année 1980-81, je pense que nous pouvons être fiers du CALA. Les différents groupes ont fonctionné régulièrement et la fin de l’année a vu, par exemple, une vingtaine de membres réunis pour un stage ou encore au rassemblement des astronomes amateurs français à Nice. A ce rassemblement, grâce notamment au groupe radioastronomie, le CALA a remporté le prix des Clubs Français pour la 2ème fois consécutive. Que 1981-82 soit encore meilleur que 1980-81 est le vœu que je formule pour le CALA ».

Et bien le CALA a pris au mot Gilbert CROS. Plusieurs années après ce rapport moral, l’association a reproduit l’expérience du pendule de Foucault à l’Ecole Normale Supérieure des Sciences de Lyon à Gerland à l’occasion d’une opération Science en fête.

Rapport moral présenté par André GAILARD lors de l’assemblée générale du 25 septembre 1982 :

« Occupant la fonction de président depuis seulement quelques semaines, il est difficile pour moi de remplacer Gilbert CROS. Aussi je crois que le mieux est encore de redire quelques passages de sa lettre de démission qu’il présenta au dernier Conseil : « Sur la brèche depuis 1968, donc à la fin de mon deuxième septennat, il s’avère nécessaire de passer la main de la présidence du CALA qui de l’avis de tous a toujours été en pleine ascension. Il y a tout d’abord cette longue période de structuration au lycée Ampère, qui à partir de rien, a permis de faire du CALA un club à part entière et cela depuis le dépôt il y a quelques années des statuts à la préfecture. Que d’échanges et de correspondances, de recherches de contacts pour trouver d’abord un local au lycée puis un terrain d’observation à St Just puis les locaux du 37 rue Paul Cazeneuve et bien sûr la recherche incessante de moyens financiers, tout cela sans perdre de vue l’astronomie. Voici donc 14 années de présidence bien remplies mais je ne quitte pas le CALA pour autant et souhaite en rester l’un de ses membres ».

Ce que ne dit pas Gilbert c’est que la vraie raison de son retrait de l’association est qu’il attendait un deuxième heureux évènement. Depuis 1983, chaque année, Gilbert CROS envoie à l’association sa fiche d’adhésion et le règlement de sa cotisation. Cela s’appelle de la fidélité....

Dès 1981, la pollution lumineuse de l’agglomération lyonnaise oblige les membres de l’association à envisager un nouvel observatoire en pleine campagne. Après de long mois de recherche, on peut lire dans le procès verbal du Conseil d’Administration du 12 mars 1983 :

« Le Conseil décide par 10 voix sur 10 votants l’acquisition d’un terrain de 800 m² environ sur la commune de St Jean de Bournay dans l’Isère appartenant à Monsieur BUISSON ».

Premier coup de pioche de l’observatoire

Dès cet instant une très longue aventure de près de 10 ans, qui sans l’obstination des adhérents de l’époque et l’aide efficace de la Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports (Merci Jean-Louis FRANQUET) et du Conseil Général du Rhône (Merci Jean-Paul BONNET), n’aurait sans doute jamais abouti. Et c’est ainsi que l’observatoire que vous connaissez aujourd’hui, avec ses deux bâtiments, l’un dit d’hébergement, et l’autre avec ses deux coupoles et sa partie centrale, a été inauguré le 13 juin 1992 en présence de nombreux élus et plus de 150 personnes adhérentes et amies. Ce fut une véritable fête puisque l’inauguration a été organisée lors des journées Science en fête de juin 1992 organisée par le Ministère de la Recherche.

Quelques autres évènements qui ont marqué la vie de l’association.

Extrait du rapport d’activité présenté à l’assemblée générale du 29 septembre 1984 :

« N’oublions pas de mentionner l’extraordinaire mission d’observation, aidée par le Ministère de la Jeunesse et des Sports, de l’éclipse annulaire de Soleil le 30 mai 1984 au Maroc. Cette mission effectuée par 4 membres du club (dont j’ai eu la chance de faire partie) du 26 mai au 3 juin a nécessité plus de 5 mois de préparation aussi bien du point de vue administratif que scientifique. Elle a été l’occasion de construire un convertisseur de tension et un photomètre relié à un enregistreur graphique prêté par le CNRS pour l’étude de la courbe de luminosité du phénomène. Un film de 20 minutes et plusieurs dizaines de photographies ont été réalisés et ont permis à des milliers d’enfants et de jeunes lyonnais de pouvoir admirer dans les mois qui suivirent ce spectacle. Cette mission a également été l’objet de plusieurs articles dans la presse régionale et nationale ».

Différents camps et expé...

Chasseur d’éclipses : cette envie irrésistible était née au sein des adhérents du CALA. En effet, nombreux sont ceux qui partirent aux quatre du monde pour observer ces phénomènes : en Finlande, en Mongolie, à Madagascar, à la Réunion, etc... sans oublier l’éclipse totale de Soleil dans la région de Strasbourg qui rassembla plus d’une soixantaine d’adhérents en août 1999, même si la fête, ce jour là, fut gâchée par d’épais nuages qui firent apparaître des larmes sur les joues de certains ou de certaines.

Extrait du procès verbal du Conseil d’Administration du 8 mars 1986 :

« Le Conseil décide d’engager Monsieur Christophe PAGES, 22 ans, pour que celui-ci puisse effectuer son service civil au sein de l’association. Ceci pourra se faire grâce au Centre Culture Scientifique et Technique de Grenoble ; le Président est autorisé par le Conseil à signer une convention d’emploi avec le CCST »

Quelques permanents du CALA

Voici le 1er permanent du club « embauché », puis 1er salarié à partir du 1er avril 1988 grâce à un poste FONJEP obtenu avec l’aide du Ministère de la jeunesse et des Sports et le Conseil Général du Rhône, ce qui a permis de multiplier par deux, puis par dix les activités de l’association notamment auprès des enfants et des jeunes de toute l’agglomération lyonnaise. Puis un deuxième salarié a été embauché sur un contrat de qualification à durée déterminée le 1er mars 1990. En quelque sorte « le Centre d’Animation Lyonnais en Astronomie » était né....

Extrait du rapport d’activité 1985/86 présenté à l’assemblée générale du 27 septembre 1986 :

« Il est aussi essentiel de vous rappeler la bonne nouvelle mentionnée dans notre journal du 9 juin 1986 : le Ministère de la Jeunesse et des Sports reconnaissait le sérieux de notre association en nous accordant le 23 mai 1896 l’agrément ministériel »

Mon article ne pourra jamais être complet et relater tous les évènements qui ont marqués la vie de l’association, certains heureux, d’autres plus difficiles comme le cambriolage de notre observatoire de St Jean de Bournay en juin 1993. Cependant citons pèle mêle, sans pouvoir être exhaustif : le planétarium itinérant, le centre départemental de ressources en astronomie dont la convention a été signée avec le représentant du Préfet le 28 novembre 1989, chaque année les journées sciences en fête, les nuits des étoiles, les innombrables week-ends et stages pour enfants et jeunes, etc...

Aller encore un petit effort et reprenons l’histoire du CALA. Le 1er septembre 1998, le président s’adresse par courrier à tous les adhérents en ces termes :

« Chers Adhérents.

Voici plus de 18 ans que j’assume la plus haute responsabilité de votre association préférée. Après avoir succédé à Gilbert CROS que certains d’entre vous ont bien connu et à qui revient le grand mérite de la création et de la mise en place des structures de l’association, l’équipe qui s’est réunie autour de moi au début des années 80 a accompli, au-delà des espérances, les deux objectifs qui étaient les nôtres :
- doter l’association d’un observatoire utilisable par tous,
- développer une structure salariée pour répondre du mieux possible aux besoins de la population de notre cité, des enfants et des jeunes en particulier, pour la découverte de l’univers et la diffusion des connaissances scientifiques de l’astronomie.

Animations...

Aujourd’hui ces deux objectifs sont atteints et il est largement temps de laisser la place à une équipe plus jeune, avec de nouvelles idées et de nouveaux objectifs. C’est pourquoi, j’ai pris la décision de ne pas me représenter lors de la prochaine assemblée générale. Soyez assurés que j’ai eu beaucoup de plaisir, avec l’aide de chacun de vous, tout au long de ces années, à voir l’association se développer et progresser régulièrement. Que plusieurs se rassurent. Je ne quitte pas l’association pour autant ; d’ailleurs mon prédécesseur est toujours adhérent, et ainsi nous allons pouvoir former l’amicale des anciens présidents du CALA ! »

Et voici que mon article est fini. Mon très cher Pierre, maintenant l’histoire t’appartient, tu as déjà pris le relais depuis plus de 6 ans, c’est à toi de continuer l’article....

Salut à tous

André


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 3186 / 974240

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le club  Suivre la vie du site La vie du club  Suivre la vie du site Les archives du club  Suivre la vie du site Les 25 ans du CALA   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.4 + AHUNTSIC

Creative Commons License